!

!

jeudi 4 mai 2017

PAS BONNES A CROQUER : le MUGUET et la DIGITALE

LE MUGUET ET LA DIGITALE.
Deux plantes toxiques de saison.

LE MUGUET. Convallaria majalis
Famille des liliacées
Noms communs : muguet des bois, lis des vallées, gazon du parnasse.
Description : jolie plante de 10-30 cm, à fleurs gracieuses et odorantes.



Tige : simple, nue, enveloppée à la base, ainsi que les pétioles, par des gaines membraneuses.
Feuilles : 2 en partant de la base de la plante, ovales, allongées, aiguës au sommet, glabres, lisses, à nervures parallèles convergeant au sommet, d’un vert vif.
Fleurs : petites, d’un blanc pur, en forme de cloche à 6 dents recourbées, à odeur suave. Groupées par 4-9, toutes du même côté, en une courte grappe lâche au sommet de la tige. Floraison : avril- juin.
Fruits : petites baies globuleuses rouges.
Partie souterraine : rhizome mince longuement traçant.
Principaux caractères d’identification : 2 feuilles sortant du sol, aspect et parfum des fleurs.
Culture : le muguet est très fréquemment cultivé comme plante ornementale.
Confusions possibles : éventuellement avec l’ail des ours (allium ursinum) que l’odorat distinguera sans difficulté vu la forte odeur alliacée de ce dernier.
Par conséquent, si vous cherchez de l'ail des ours, utilisez votre odorat !
Toxicité : toutes les parties du muguet sont dangereuses. Ses baies rouges, tentantes pour les enfants, présentent un risque particulièrement important, mais le simple fait de mâchonner un brin de muguet peut provoquer des troubles digestifs et cardiaques graves entraînant parfois la mort. Un bouquet de muguet placé dans une pièce fermée peut causer des problèmes nerveux ; conserver dans la chambre à coucher, il peut provoquer des céphalées, spasmes, convulsions, délire.
Composition : le muguet renferme dans toutes ses parties de puissants hétérosides cardiotoxiques dont un tonicardiaque très actif, la convallatoxocide, un des plus actifs connus. Il contient également une saponine, le convallaroside.
Propriétés médicinales : judicieusement utilisé, le muguet est tonicardiaque (ralentit et renforce) sans élever la tension artérielle. Il est diurétique, antispasmodique, émétique, purgatif, sternutatoire. Les parties utilisées sont le rhizome, les feuilles et les fleurs. Les effets du muguet sont proche de ceux de la digitale mais il est mieux toléré par l’estomac et ne s’accumule pas dans l’organisme. L’action du muguet est plus lente et progressive mais ne peut remplacer la digitale dans les urgences toni-cardiaques.

La prescription reste strictement réservée au monde médical.


Anecdote : la tradition du muguet offert le premier mai semble remonter à la coutume qu’avaient les anciens à déposer cette fleur au temple d’Hermès, fils de Maia ; Hermès était le dieu des commerçants et si le 2 mai, les fleurs avaient disparu, c’est qu’elles avaient plu à celui qui était aussi le dieu des voleurs.

LA DIGITALE. Digitalis purpurea
                      Famille : scrophulariacées
                      Noms communs : digitale pourpre, gant de Notre Dame, gant de bergère.
Description : grande plante vivace, parfois bisannuelle, de 50-150 cm, remarquable par son port et ses grandes fleurs pourpres croissant souvent en colonies.

Tige : dressée, robuste, creuse, non rameuse, feuillée, couverte de poils laineux blanchâtres.
Feuilles : ovales, allongées, finement dentées ou crénelées, vertes au-dessus, blanches cotonneuses en-dessous, à nervures en réseau, saillantes en-dessous, très douces au toucher. Feuilles inférieures munies d’un court pétiole sur lequel se prolonge le limbe, feuilles supérieures sessiles.
Fleurs : brièvement pédonculées, grandes (4-5 cm de long) à corolle pourpre avec des taches plus foncées à l’intérieur, en forme de doigt de gant ventru, glabres à l’extérieur, réunies en grappes allongées. Boutons terminaux dressés, fleurs écloses étalés puis pendantes.
Floraison : mai- septembre.
Fruits : capsules ovales couvertes de poils cotonneux qui contiennent un nombre énorme d graines petites et sphériques.
Partie souterraine : racine pivotante développée.
Principaux caractères d’identification : plante des terrains acides et siliceux, grandes feuilles très douces au toucher, port des fleurs.
Culture : La digitale est souvent cultivée comme ornementale. Il en existe des variétés à fleurs roses, blanches ou à taches très accentuées. On cultive parfois la digitale cotonneuse du sud est de l’Europe pour ses vertus médicamenteuses.
Autres espèces du genre en Europe : 11 dont 2 en France, en Suisse et en Belgique : la digitale à grandes fleurs (digitalis grandiflora), plante des montagnes humides, à grandes fleurs jaunes veinées de brun et la digitale jaune (digitalis lutea) plante des lieux secs et pierreux, à petites fleurs jaunâtres sans taches ni veines.
Toutes les digitales sont toxiques.
Confusions possibles : avec la consoude, du moins, avant la floraison, lorsque les grandes  feuilles forment une touffe sortant du sol. Le meilleur critère de reconnaissance est le toucher : les feuilles de la digitale sont cotonneuses, très douces au toucher alors que celle de la consoude sont caractéristiquement rêches et râpeuses. Des confusions se sont néanmoins produites.
Toxicité : les différentes espèces de digitales sont dangereuses dans toutes leurs parties. L’ingestion de leurs feuilles ou de leurs fleurs provoquent des troubles digestifs, nerveux et cardiaques graves pouvant conduire à la mort. Chez la digitale pourpre, 40 gr de feuilles fraîches (ou 10 gr de feuilles séchées) pourraient être mortelles, ce qui ne représente que quelques feuilles.
Composition : les digitales renferment une douzaine d’hétérosides cardiotoxiques très puissants, en particulier, la digitoxide, le gitoxide, en quantité variable selon les espèces considérées. Leur teneur varie suivant la saison, la nature du sol, le climat et la partie de la plante considérée.
Elles renferment également des tanins, huile essentielle, digitoflavine et digitaline.
Propriétés médicinales : les hétérosides extraits de la digitale pourpre servent à ralentir, renforcer et régulariser le rythme du cœur. Les préparations à base de digitales sont également diurétiques. On n’emploie plus la plante entière du fait des risques graves provenant de la difficulté d’un dosage exact de son action. De plus, l’utilisation prolongée provoque une accumulation dans l’organisme, ce qui rend le dosage encore plus difficile.
Anecdote : La médecine antique semble avoir ignoré complètement cette plante réputée seulement comme un poison violent.
C’est un médecin des Vosges qui, au 19e siècle, a reconnu les vertus de la digitale car il avait des malades qui guérissaient grâce à une tisane préparée par une paysanne et dont la digitale était le seul élément efficace.

Les deux jolies fleurs décrites ci-dessus se contentent d’être admirées ou photographiées.
Pas d’auto-médication ! Un remède quel qu’il soit est toujours prescrit par les spécialistes… Consultez donc votre médecin.     






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire