!

mardi 31 janvier 2017

LE TILLEUL

Durant l’hiver, l’envie vous prend peut-être de siroter une bonne tisane ? Avez-vous pensé au tilleul ? Le connaissez-vous ? Abordons donc cet arbre et découvrons ses richesses.
TILLEUL : Tilia x vulgaris  Tilleul vulgaire (ou commun)
Famille des tiliacées.
Description : bel arbre pouvant atteindre plus de 30 mètres, à floraison délicieusement parfumée, couronné d’une tête ovale ou arrondie, très touffue.

Tronc : écorce d’abord lisse, puis profondément sillonnée, gris brun foncé.
Feuilles : alternes, pétiolées, en forme de cœur renversé, aiguës au sommet, dentées en scie sur les bords, munies de petites touffes de poils aux aisselles des nervures sur la face inférieure, vert foncé au-dessus, plus claires en-dessous.
Fleurs : assez petites, blanc jaunâtre, munies de 5 sépales, 5 pétales et de nombreuses étamines. Réunies par 5-7 en une petite grappe à l’extrémité d’un pédoncule soudé sur une grande partie de sa longueur à une bractée membraneuse.
Floraison : juin, juillet.

Fruits : globuleux, velus, à 5 côtes légèrement saillantes, renfermant une graine oléagineuse.
Principaux caractères d’identification : forme des feuilles et fleurs odorantes. Il se plaît dans les jardins, les parcs et au bord des routes.
Culture : différentes espèces de tilleul sont plantées pour l’ornementation dont le tilleul commun.
Autres espèces du genre en Europe : 6 dont 2 en France, Suisse et Belgique : le tilleul à petites feuilles (tilia cordata) et le tilleul à grandes feuilles (tilia platiphyllos). Le tilleul vulgaire décrit ici est un hybride entre ces 2 espèces. Il est plus vigoureux et plus résistant à la sécheresse que ses parents.
Confusions possibles : entre les différents tilleuls est sans danger car toutes les espèces s’utilisent de la même manière. Les feuilles de tilleul vulgaire et du tilleul à petites feuilles sont cependant meilleures que celle du tilleul à grandes feuilles.
Les feuilles du noisetier ressemblent un peu à celles du tilleul : elles ne sont pas toxiques mais sont astringentes.
Utilisations alimentaires :
Les très jeunes feuilles sont tendres, mucilagineuses et agréables au goût ; elles peuvent servir de base de salade. Lorsqu’elles sont cuites, par contre, leur texture mucilagineuse n’est pas appréciée de tous mais elles peuvent épaissir les soupes. On peut sécher les feuilles développées, en retirer les nervures puis les pulvériser au moulin à café pour en préparer une poudre verte. Mélangée à de la farine, elle sert à faire du pain ou des galettes savoureuses et riches en nutriments. Les fleurs de tilleul sont célèbres pour leurs propriétés médicinales mais leur parfum permet d’aromatiser salades de fruits, desserts et boissons.
La graine des fruits, oléagineuse, peut être grignotée telle quelle. Elle a servi au XVIIIe siècle à préparer un étrange succédané du chocolat.
L’aubier, c’est-à-dire la partie du tronc ou des branches comprises entre le bois et l’écorce est également utilisé en tant que draineur naturel.
Comme d'habitude, je vous invite à trouver quelques recettes à base de tilleul ICI.

Composition : les feuilles sont riches en protéines, mucilage, vitamine c et en sels minéraux.
Les fleurs renferment une huile essentielle, du mucilage, du tanin, des hétérosides et diverses substances.
Les graines sont riches en huile grasse.
Propriétés médicinales :
Les feuilles sont émollientes.
En infusion légère, les fleurs sont sédatives, antispasmodiques et diaphorétiques. Elles favorisent la circulation du sang. Cependant, à dose élevée ou à un temps d’infusion trop long, la tisane est excitante et peut provoquer des insomnies.
L’aubier est reconnu comme diurétique, cholérétique, hypotenseur et antispasmodique. Pour le tilleul comme pour les autres plantes, la nature du sol est très importante et les produits les plus actifs proviennent des tilleuls sauvage du Roussillon. Son utilisation a détruit de nombreux arbres sauvages dans cette région.
Le tilleul donne un miel très agréable et renommé.
Autres usages : Le bois de tilleul est très apprécié des ébénistes car il se travaille très bien. Il a servi à confectionner des touches de pianos et d’orgues.
Pour sculpter des marionnettes, c’est un bois intéressant car il se travaille dans tous les sens et curieusement, il n’a pas d’odeur.
Quelques anecdotes : le nom grec du tilleul est le même que celui de la mère du centaure CHIRON (PHYLIRA, amoureuse de CHRONOS) qui apprit l’art de guérir aux dieux.
Le tilleul est considéré comme arbre civique et lors de la révolution française, en 1792, 60000 pieds de tilleuls appelés « arbres de la liberté » sont plantés dans l’Hexagone. Partout, en bordure des marchés, dans les cimetières se dressent les tilleuls.
Il abonde le long des lieux de pèlerinages consacrés à la vierge Marie et dans les cours municipales, c’est également sous cet arbre (outre le chêne) que jadis, on rendait la justice.


La neige a fondu et si les températures sont clémentes, nous allons bientôt penser à une première sortie 2017 ! La date vous sera communiquée lors du prochain bulletin plante.

 A bientôt et courage, l’hiver diminue et les jours allongent. 

1 commentaire:

Unknown a dit…

Personnellement je savais pas que le Tilleul était un arbre j'ai cru que c'était une plante.J'entend parler du Tilleul mais je l'ignore encore même sur la photo j'arrive pas à le reconnaître. Merci Bernadette pour toutes ces clarifications précieuses.