!

!

samedi 14 janvier 2017

LES SAUGES

Première plante pour 2017 :
LES SAUGES.
A.      Sauge officinale : salvia officinalis
                                 Famille des lamiacées
Appellations communes : petite sauge, sauge franche, thé de France, thé de Grèce, thé de Provence.
Caractères d’identification : plante herbacée, commune le long des haies, des talus et des bois en friches, sous-arbrisseau aux feuilles relativement petites et très odorantes, spontanée sur les coteaux arides de la région méditerranéenne.

Feuilles : pétiolées, lancéolées, rugueuses, persistantes, opposées, glabres, à peine dentées.
Fleurs : bleu violacé, bilabiées, bractées apparentes, disposées en bouquets tout au long de la hampe florale à partir de son tiers supérieur. Comme les autres sauges, elle ne possède que 2 étamines. Floraison : mai à août.
Fruits : formés de 4 akènes ovoïdes.
Partie souterraine : souche développée.
Récolte : les sommités fleuries en été et les feuilles à la fin du printemps (mai, juin).
Culture : si on la rencontre à l’état sauvage sur les pentes et les herbages de Provence et en bordure des chemins, elle est cultivée au potager et aime la terre légère et sèche et une bonne exposition en plein soleil.
Composition : la sauge officinale est riche en huile essentielle que l’on extrait par distillation. Les feuilles renferme des tanins, de la vitamine PP et entre autres substances, un œstrogène.
Propriétés médicinales : la sauge officinale est stimulante, stomachique, antisudorale, antiseptique, emménagogue et astringente. Cette plante est utilisée sous forme de spécialités pharmaceutiques en allothérapie, en homéopathie et en pharmacie dermocosmétologique.
Toxicité : l’huile essentielle de sauge peut provoquer des troubles nerveux. Prise en excès sur une longue période, les infusions seraient nocives. La sauge ne doit pas être utilisée en cures continues. Il faut l’éviter en cas de grossesse et d’allaitement. Elle est contre indiquée en cas d’insuffisance rénale et d’instabilité neuro-végétative.
Utilisations alimentaires : les fleurs sont utilisées pour décorer les salades et autres plats. Les feuilles aromatisent viandes et légumes et des tisanes digestives.
Fleurs et feuilles accompagnent les plats cuisinés. On en obtient d’excellentes boissons : vins, eaux de sauge, infusions et liqueurs.
Autres usages : l’huile essentielle extraite par distillation de la sauge sarclée est utilisée en parfumerie : c’est un excellent fixateur pour la fabrication de parfums.
Au jardin, planter la sauge parmi les choux protégera ces derniers des papillons blancs du chou.
Les fleurs séchées et réduites en poudre peuvent être saupoudrées entre les plants. La sauge masque aussi les odeurs de la carotte et éloigne la mouche du légume.
Infusion contre les maladies cryptogamiques : 500 g de sauge fraîche et 5 litres d’eau.
Jeter la sauge dans l’eau bouillante et laisser frémir 20 minutes. Éteindre le feu et couvrir. Laisser refroidir puis filtrer. A utiliser pur sur poireaux, choux et carottes.

Quelques petits trucs bien être et santé :

1. Lotion purifiante pour les peaux grasses : 1 grosse poignée de sauge séchée et 250 ml d’eau de source ou déminéralisée.
Mettre la sauge dans l’eau bouillante et laisser infuser 15 minutes. Filtrer. Utiliser sur la peau matin et soir. Cette infusion se conserve 5 à 6 jours au réfrigérateur.
2. Lotion stimulante pour la croissance des cheveux : ½ poignée de feuilles de sauge séchée et ¼ de vodka ou de rhum. Faire macérer le tout pendant 10 jours puis filtrer. Masser ensuite le cuir chevelu avec cette lotion assainissante. (recette non testée personnellement)
3. Problème de transpiration des pieds ? Glisser 3 ou 4 feuilles de sauge dans chaque chaussure pour réguler la transpiration et assainir les chaussures et les pieds.
4. Enfin, si vous souffrez de maux de tête, tressez une couronne de sauge et portez la sur la tête… les mauvaises humeurs devraient s’envoler… A vous d’essayer !!

B.   La sauge des prés.    Salvia pratensis
Description : plante vivace 30 80 cm, très commune, à grandes fleurs bleu foncé.

Tige : dressée, quadrangulaire, simple ou un peu rameuse.
Feuilles : grandes, presque toutes à la base, ridées, munies d’un pétiole, de contour largement ovale, doublement crénelées, d’un vert foncé mat.
Fleurs : grandes, 2, 3 cm, à corolle bleue, formées de 2 lèvres écartées, style bifide dépassant nettement la lèvre supérieure courbée en faux.
Floraison : mai- juillet.
Fruits : formés de 4 akènes ovoïdes bruns.
Partie souterraine : souche développée.

Autres espèces du genre en Europe : 35 dont 11 en France, 4 en Suisse et en Belgique.
Certaines espèces sont des sous- arbrisseaux aux feuilles petites et très odorantes, utilisées comme condiment : il s’agit surtout de la sauge officinale décrite plus haut.
La plupart des sauges herbacées ne sont pas aromatiques sauf leurs inflorescences.
La sauge sarclée possède des feuilles et surtout des inflorescences rougeâtres visqueuses qui dégagent un parfum puissant.
Deux variétés observées en Belgique :
- La sauge des prés qui affectionne les pelouses et prairies sèches et calcicoles. Elle présente les mêmes actions que la sauge officinale mais à un moindre degré.
- La sauge verticillée (salvia verticillata) 25 à 60 cm, fleurs violettes à pourpre, lèvre supérieure plus ou moins droite, pousse  sur sites rudéralisés et dégage une odeur plutôt fétide.

Confusions possibles : avec d’autres sauges herbacées. Une confusion serait sans danger car leur usage n’est pas toxique. 

Retrouvez quelques recettes de cuisine en cliquant ICI.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire