!

!

lundi 31 juillet 2017

L’ONAGRE BISANNUELLE

L’ONAGRE BISANNUELLE.  Oenothera biennis
Famille : onagracées.
Noms communs : primevère de nuit, raiponce rouge, herbe aux ânes, jambon des jardiniers, chandelle de nuit.

Description : grande plante bisannuelle de 50 cm- 1 m 50, à splendide floraison jaune.

Tige : robuste, peu rameuse.
Feuilles : alternes, ovales, allongées, pointues, poilues, vert grisâtre, à nervures rougeâtres. Feuilles de la base longuement pétiolées et disposées en rosette, feuilles supérieures sessiles.
Fleurs : grandes (4-6 cm de diamètre), à 4 sépales réfléchis et 4 pétales jaunes séparés, échancrés au sommet, à ovaire infère très allongé et à 4 stigmates en croix. Réunies en épis allongés au sommet de la tige et des rameaux. Elles exhalent une odeur suave, surtout le soir.
Floraison : juin- octobre.
Partie souterraine : racine principale développée, charnue, crème à l’extérieur et blanche à l’intérieur.
Principaux caractères d’identification : habitat (bord des routes et des voies ferrées), grandes fleurs jaunes à 4 pétales et à stigmates en croix.
La racine se récolte avant que la plante n’ait fleuri et les feuilles en sont donc le seul point de repère. Leur forme, leur texture un peu molle, leur pilosité, leur limbe vert grisâtre à nervures rougeâtres sont les meilleurs critères de reconnaissance.

Culture : plusieurs espèces dont celle-ci sont cultivées comme plantes ornementales.
Autres espèces du genre en Europe : 12, toutes introduites d’Amérique dont 11 en France, 2 en Suisse et 2 en Belgique (oenothéra erythrosepala à grandes fleurs (4-10 cm) surtout présente au littoral et oenothera parviflora à petites fleurs jaunes).
Confusions possibles : avec les autres onagres que l’on distingue principalement par leurs fleurs. La confusion serait sans danger car aucune de ces plantes n’est toxique.
Utilisations alimentaires : les racines de l’onagre bisannuelle peuvent être consommées à la fin de la première année de croissance de la plante, lorsqu’elles sont gonflées de réserves nutritives (fin d’hiver, février, mars). On peut alors les manger crues en les râpant ou cuites, à la façon des salsifis ou des panais que leur couleur blanche et leur saveur un peu sucrée rappelle. Elles acquièrent assez rapidement un goût âcre et deviennent ligneuses dès que la hampe florale se développe.
On pourrait encore la préparer en purée, cuite à l’eau puis passée au moulin à légumes.
Les feuilles peuvent être cuites comme des légumes. On les ramassera de préférence lorsque la plante est encore à l’état de rosette.
La toute jeune hampe florale est bonne lorsqu’elle commence à se développer, au début de la seconde année mais elle devient très vite ligneuse.

Attention : les diverses parties de l’onagre ont tendance à irriter la gorge, même cuites, lorsqu'on les consomme seules ; il est donc préférable de les mélanger avec d’autres végétaux.
Quelques recettes ici
Composition : la racine contient du mucilage, du tanin, des sucres et diverses substances.
Les graines renferment une huile riche en acide gamma linoléique qui lutte contre la formation des rides ; elle est donc appréciée en cosmétologie.

Propriétés médicinales : l’onagre est antispasmodique et antiphlogistique (combat l’inflammation).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire