!

!

mardi 8 juillet 2014

La consoude (suite)

La consoude est une plante vivace par sa racine. Elle résiste au froid et plusieurs espèces sont montagnardes. Elle aime les lieux frais et humides, supporte bien l'ombre et est envahissante. 
Dans nos pays occidentaux, la consoude fréquente les sous bois frais, bordures de routes,  fossés, près des cours d'eau. Elle évite les sols secs sauf si le sol est profond: il faut que la racine descende dans le sol. (elle peut descendre à 1,5 m voire 2 m si l'épaisseur de la terre arable le permet.) La consoude puise donc un maximum de nutriments dans le sol et va les stocker dans ses feuilles; lorsqu'elle se décompose, elle restitue cette richesse en nutriments dans le sol et si vous l'ajoutez à votre compost, les plantes du jardin pourront profiter de ses apports. Vous pouvez aussi enfouir les feuilles dans votre potager mais il est préférable de les faire sécher quelques heures avant car elles pourraient se bouturer.
La base des poils de la consoude est riche en calcium, c'est ce qui explique le contact rèche qui la caractérise.
Les fleurs sécrètent un abondant nectar qui attire les bourdons; grâce à leurs mandibules, ils percent la base de la corolle afin de récupérer le précieux liquide. La plante se pare de couleurs vives pour attirer les insectes.
 
PETITS REMÈDES:
 
       Au premier siècle de notre ère, il est déjà fait référence à la consoude et à ses utilisations médicales : elle referme les plaies, réduit les hémorroïdes, arrête les hémorragies. Au moyen âge, ces mêmes propriétés sont reconnues ainsi qu'à la Renaissance. 
L. Fuchs(1543) disait : "la consoude est utile pour toutes espèces de plaies et fractures, c'est pourquoi les chirurgiens doivent la tenir en grand honneur."
Cependant, la consoude tombe dans l'oubli jusqu'au XXe s. et ses vertus sont fortement remises en cause. 
Début XXe s., des chercheurs interpellés par ce "remède de bonne femme" donneront raison à l'usage populaire. Un médecin anglais, MACALISTER, constate la guérison d'ulcères traités par la consoude. Il comprend que la racine de la plante contient un puissant "proliférant cellulaire" qui favorise la multiplication des cellules nouvelles et régénère les tissus et os meurtris : il s'agit de l'allantoïne. C'est elle qui favorise la multiplication cellulaire ainsi que le développement des globules blancs, ce qui améliore la résistance aux attaques virales.
Lors de la guerre 14-18, le docteur H. LECLERC a soigné les blessures de nombreux soldats avec la consoude : la pulpe fraîche de la racine peut panser des brûlures étendues et profondes. La racine est utilisée pour fabriquer onguents baumes, pommades et crèmes. Les feuilles peuvent également servir en cataplasme.
On trouve dans le commerce d'excellentes pommades de consoude fabriquées à base d'huile de tournesol, de cire d'abeilles, d'huile essentielle de lavande et de consoude. 
La consoude entre aussi dans la composition de produits cosmétiques à cause de sa richesse en allantoïne; ces crèmes sont efficaces pour peaux sèches et sensibles. 

AU JARDIN :
 
     La consoude fait partie des trésors du jardin ! Si l'ortie apporte d'importantes quantités d'azote, la consoude apporte la potasse qui est assimilable par les légumes. Les purins d'orties et de consoudes sont bien mieux assimilés que les mélanges chimiques et correspondent mieux aux besoins des plantes. 
Le jardinier va favoriser les modes de décomposition de la plante pour fabriquer engrais et compost. Les purins de plantes sont de véritables cocktails de vitamines et de minéraux qui procurent vivacité et santé aux plantes qu'elles nourrissent. 
 
Quelques recettes simples:
 
     1 kg de plante fraîche
     10 litres d'eau;
 
Hacher grossièrement les plantes et les mettre dans un seau en plastique (jamais de fer car oxydation). Y verser 10 litres d'eau de pluie et laisser fermenter 8 à 15 jours (selon la température : plus la température est élevée, plus la fermentation est rapide). 
Le purin s'utilise comme fertilisant pour les fruits et les tubercules (tomates, haricots, pommes de terre). Il sent moins mauvais que le purin d'orties. 
Filtrer le mélange et utiliser 1 litre de macération pour 10 litres d'eau. 
 
Autre utilisation: 
 
Mettre les feuilles flétries au fond du sillon : les légumes vont pousser et puiser dans ce lit de compost les éléments nutritifs bénéfiques à leur croissance.
 
     Extrait de consoude:
 
3 seaux en plastique identiques et empilables, noirs de préférence car ils absorbent mieux la chaleur. 
Le seau du milieu sera percé de trous comme une passoire (trous percés à l'aide d'une mèche à bois). Vous y déposerez les plantes hachées. Les deux premiers seaux seront emboîtés l'un dans l'autre et surmontés du troisième qui sera rempli d'eau ou de cailloux pour exercer un poids sur la consoude. 
Vous récolterez dans le seau du bas l'extrait de consoude que vous mettrez en bouteille: il se conserve très bien à l'abri de la lumière. Dilution: 2 % (2 cl pour 1 litre).Il suffit d'ajouter de la consoude hachée pour continuer la récolte. 
 
A VOS JARDINS!!!
 
Merci à toutes les personnes qui ont visité le jardin pilote de Gerpinnes ce samedi 5 juillet. Le moment dégustation partagé avec vous était très agréable .
La semaine prochaine, dimanche 13 juillet, rendez-vous 10 h place d'Hanzinelle.
Attention, pour les personnes venant de Fosses,le circuit de Mettet sera fermé! Donc, lorsque vous arrivez au rond point à l'entrée de Mettet, prendre la direction de Biesmes et à Biesmes, continuer vers Oret et rejoignez la route de Rouillon vers Hanzinelle. 
Pour les personnes venant de Somzée, à Tarcienne, prendre en direction de Hanzinne puis Hanzinelle. (La route entre Gerpinnes et Hanzinne est à sens unique!).             
 
A très bientôt pour de nouvelles découvertes;

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire