!

lundi 27 avril 2015

L'OSEILLE

L'OSEILLE SAUVAGE OU OSEILLE COMMUNE.

   Famille des polygonacées
   Rumex acetosa

Description:

Grande plante vivace de 1 m 1 m 50, à feuillage luxuriant, formant de vastes colonies parfois envahissantes.


Tiges : grandes, dressées, sillonnées, creuses.

Feuilles : oblongues à ovales, en forme de fer de flèche avec 2 oreillettes pointues à la base, dirigées parallèlement à la nervure principale.
Limbe subaigu au sommet, entier ou un peu sillonné, épais, d'un beau vert sombre luisant.
Feuilles inférieures longuement pétiolées; les caulinaires sessiles embrasant la tige par leurs oreillettes.

Fleurs : très petites, verdâtres ou rougeâtres mâles et femelles sur des pieds séparés. .

Réunies en grappe composée, assez fournie à l'extrémité des rameaux. Floraison de mai à septembre.

Fruits : tétraédriques, à arêtes vives.

Partie souterraine : tige souterraine multipliant la plante par ses bourgeons.

Principaux caractères d'identification :

L'oseille aime les zones herbeuses, les landes et les pâtures, préfère les sols acides. On peut la trouver sur les plates bandes ou le long des talus.
Grande taille de la plante adulte, feuilles longuement pétiolées en forme de lanière ou de fer de flèche.

Culture : la patience (rumex patientia) était cultivée pour ses feuilles sous le nom d'oseille épinard.
               Le rumex alpin (rumex alpinus) a été cultivé comme plante d'ornement.

Autres espèces : 14 autres espèces en Belgique et 18 en France.

Confusions possibles : avec le genre rumex qui possède une saveur plus acide (rumex crépu).
Les oseilles renferment de l'acide oxalique qui leur confère leur acidité caractéristique. 
Les personnes souffrant d'arthrite, de rhumatismes,  des reins devront s'abstenir d'en manger.
Aucune confusion avec des plantes dangereuses n'est envisageable.

Utilisations alimentaires:

Les feuilles d'oseille crues ajoutent une note rafraîchissante aux salades et permettent de diminuer la quantité de vinaigre utilisé.
L'oseille se cuit en soupe, purée, omelette, excellent avec le poisson.
Emploi modéré vu sa saveur marquée.
Macérée dans de l'eau légèrement sucrée ou miellée, les feuilles crues forment une limonade intéressante. (Voir les recettes de marraine Bobette : l'oseille)

Composition :

Les oseilles sont riches en acide oxalique et en d'autres acides organiques.

Propriétés médicinales :

Les feuilles passent pour être dépuratives, stomachiques et diurétiques. Cuites, elles sont émolientes et légèrement laxatives.

Toxicité :

L'acide oxalique produit des oxalates solubles qui sont irritants pour l'organisme et peuvent provoquer la formation de calculs et inhiber l'absorption du calcium.
L'oseille doit donc être employée avec modération. 
Les personnes souffrant de troubles rénaux, hépatiques, arthritiques ou lithiasiques doivent s'en abstenir.

Quelques petits trucs:

1: Pour nettoyer les flacons ayant contenu de l'huile, mettre des queues d'oseille et un peu d'eau.
Agiter fortement et rincer. Recommencer l'opération jusqu'à disparition de toute tache d'huile.

2: pour enlever les taches d'encre sur un linge, frotter l'oseille fraîchement cueillie, savonner et rincer. Recommencer si nécessaire.

3: Lotion contre les points noirs : tremper quelques secondes les feuilles d'oseille dans un peu d'eau bouillante, juste pour les amollir. Les presser pour en extraire le jus et lotionner la peau avec ce suc. Le jus ne se conserve pas et doit être utilisé de suite.


Je vous retrouve dans une dizaine de jours pour une nouvelle plante à découvrir. 
A bientôt et ne vous privez pas de profiter de tout ce que le printemps nous offre.  

lundi 20 avril 2015

LA BOURSE A PASTEUR

  
       capselle bourse-à-pasteur. Capsella bursa pastoris.
       Famille des brassicacées.

Description :
  Plante annuelle ou bisannuelle de 20 à 60 cm à rosette développée
 

   Tige : dressée, rameuse depuis la base, filiforme, pubescente, surtout vers le bas.

   Feuilles : en rosette à la base, alternes le long de la tige. Rosette de feuilles basales poilues, grisâtres, profondément divisées en lobes plus ou moins dirigés vers le haut ou presqu'entières ou largement dentées.

Feuilles de la tige embrassantes à la base.

   Fleurs : petites, à 4 pétales blancs en croix, réunies en grappes portant de bas en haut les fruits, les fleurs et les boutons floraux.
Floraison presque toute  l'année.

   Fruits : caractéristiques, triangulaires en forme de cœur porté à la pointe  par un long pédicelle, renfermant quelques petites graines jaunes. Ils évoquent les sacs des anciens bergers , ce qui a influencé le nom de la plante.

   Partie souterraine : racine pivotante développée.


Principaux caractères d'identification :

   Rosette à la base persistant lors de la floraison.
   Petites fleurs blanches, fruits en forme de cœur.

Autres espèces : une seule espèce en Belgique.

Confusions possibles :
   
   La rosette pourrait être confondue avec celle d'une composée proche des pissenlits mais chez  ces plantes les divisions de la feuille sont généralement dirigées vers le bas et non vers le sommet.
En cas de doute, il suffit de goûter une feuille :  la bourse à pasteur possède une saveur rappelant le chou très différente du goût des composées.

Utilisations alimentaires :

   Lorsqu'elle est encore tendre, la racine peut se consommer crue comme les radis. Hachée, elle relève les plats par sa saveur piquante.
Les rosettes sont excellentes crues, mélangées à d'autres plantes dans les salades. Plus tard, les feuilles sont encore bonnes après cuisson mais la cueillette est mal aisée.
Fleurs et boutons floraux décorent joliment les salades. Les graines ont une saveur piquante qui rappelle la moutarde. Elles s'utilisent broyées comme épice. Elles se récoltent au début de l'été.


Composition :

   Les feuilles sont riches en  protéines, en sels minéraux et en vitamines. Elles renferment du tanin, un alcaloïde et un hétéroside sulfuré.

 Propriétés médicinales :

   La plante fraîche est hémostatique, tonique, diurétique et emménagogue.