!

mardi 23 novembre 2021

La BOURDAINE

 

Voici encore une plante toxique, cousine de la précédente.
Donc, pas de recette avec ces plantes mais par contre, 
je vous ai  ajouté quelques recettes de base placée dans la rubrique "plaisirs divers...". (voir en bas de page).


LA BOURDAINE.   Frangula alnus         Plante toxique.


                                  Famille : rhamnacées

                                  Noms communs : bourgène, aune noir

Description : arbrisseau glabre, 2-6m, remarquable par son écorce, ses feuilles, ses fruits.



Tronc : à écorce grise, pourpre à l'intérieur, tachetée de nombreuses lenticelles claires, à rameaux très souples.

Feuilles : alternes, pétiolées, largement ovales ou elliptiques, entières ou un peu sinuées, à 7-9 paires de nervures parallèles très saillantes en dessous, vertes, peu luisantes en dessus, très luisantes en dessous.

Fleurs : petites, verdâtres, à 5 pétales ovales, aigus. Réunies par petits groupes à l'aisselle des feuilles.

Floraison : avril-juillet

Fruits : globuleux, 6-10mm, d'abord verts puis rouges, enfin noirs à maturité, au mois d'août.

Principaux caractères d'identification : écorce tachetée, feuilles à nombreuses nervures parallèles, fruits.


Autres espèces du genre en Europe : 2, aucune dans nos régions.

Confusions possibles : avec les cerisiers sauvages à fruits noirs tel le merisier à grappes (prunus padus) mais les feuilles des cerisiers sont nettement dentées.

Habitat : haies, bois humides, tourbières, landes, presque toute la France, Suisse, Belgique, presque toute l'Europe, altitude, 1800M max. commun sauf Midi.

Toxicité : l'écorce fraîche et les fruits frais juteux et légèrement sucrés sont émétiques et cathartiques.

L'utilisation de l'écorce fraîche à des fins médicales a occasionné des troubles digestifs. Pour être utilisée, elle doit sécher au moins 1 an.

Composition : la bourdaine renferme des composés anthracéniques (principalement dérivés de l'amodol), franguline, gommes, mucilages, acide chrysophanique.

L'écorce contient aussi des hétérosides cyanogénétiques et du mucilage. Le séchage élimine les effets de ces composants.

Propriétés médicinales : l'écorce séchée est utilisée comme laxatif non irritant et cholagogue. Les fruits séchés sont parfois employés comme laxatif dans l'est de l'Europe.

En usage externe, compresses de teinture mère (1 c à c dans 1 verre d'eau) contre gale et teigne ainsi que pour plaies atones.

En conclusion : bourdaine et nerprun appartiennent à la même famille et sont très proches tant par leur aspect végétal que par leurs composants. Les fruits brillants pourraient attirer les enfants et causer de gros problèmes au niveau digestif. C'est pour cette raison que j'ai décrit ces espèces toutes deux toxiques. 

Je ne conseille pas son utilisation car les dosages sont très importants et je n'ai aucune connaissance suffisante dans le domaine médical. Référez-vous aux spécialistes, c'est indispensable !


Autres utilisations : le bois jaune et dur servait jadis, après carbonisation, à la fabrication de poudre noire (poudre de chasse). Il convient également pour la fabrication des fusains à l'usage des dessinateurs. 

$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$


Je vous propose quelques recettes qui n'ont rien à voir avec la plante du jour mais qui me permettront de répondre à quelques demandes.

 

                  Je vous propose des recettes de pâtes : 2 pâtes brisées

                                                                                    2 pâtes sablées

                                                                                    2 pâtes sucrées

Ces pâtes sont  utilisées pour quiches et tartes diverses.

Vous trouverez ces recettes en cliquant sur l'onglet « Plaisirs divers d'hiver » où vous avez 4 rubriques. 

Vous choisissez la rubrique 2 et vous trouvez les recettes.


dimanche 14 novembre 2021

Le NERPRUN

 

Vous constaterez que j'ai traîné beaucoup avant de vous concocter cet article mais vu le temps automnal très agréable, je n'ai pas résisté à l'appel de la forêt, du jardin et du spectacle lumineux et coloré de la nature en général ! C'est gratuit et ça fait un bien fou !

Pour me faire pardonner je vous offre simultanément :

Merci pour votre participation et ce moment de bonheur partagé avec vous tous, toujours très enthousiastes et curieux de nature et de saveurs nouvelles.


  •  Les recettes réalisées lors de notre dernière balade de cette saison :

Avec des châtaignes : soupe potiron châtaigne

Avec des noisettes : petits gâteaux aux noisettes

                               bûche pralinée

Avec des noix : tarte crumble aux pommes

                          tarte aux noix et à la confiture de groseilles

                          carott cake

Avec des cenelles (fruits de l'aubépine) : cuir de cenelles

La recette des galettes à la poudre de mûres est déjà sur le blog.


  • La découverte d'une nouvelle plante - toxique hélas - les nerpruns.

Arbuste à petits fruits toxiques.


Le nerprun     Rhamnus catharticus.

                         Famille : rhamnacées

                         Noms communs : nerprun épineux, nerprun purgatif, épine de cerf, bourg- épine

Description : arbrisseau épineux, dioïque, de 2-5m, peu remarquable



Tronc : à rameaux opposés, épineux, d'un brun noirâtre, les jeunes rameaux sont pubescents.

Feuilles : réunies en grappes sur les anciens rameaux, presque opposées sur les jeunes, pétiolées, assez larges (2-3cm), bordées de petites dents, présentant 3-4 paires de nervures secondaires tendant à converger au sommet de la feuille.

Fleurs : petites, jaune verdâtres, à 4 pétales aigus, réunies en grand nombre à l'aisselle des feuilles, les mâles et les femelles sur des pieds séparés.

Floraison : mai-juin

Fruits : globuleux, 6-8mm, vertes puis noires à maturité (en août, septembre)

Principaux caractères d'identification : arbuste épineux, feuilles largement ovales à nervures marquées, fruits.

Autres espèces du genre en Europe : 12 dont 5 en France et 3 en Suisse.

Deux espèces épineuses se rencontrent dans les lieux arides du Midi de la France (rhamnus infectoria L et rhamnus saxatilis L). Deux espèces non épineuses poussent en montagne (r. pumila Turra et r. alpina L). Une espèce non épineuse à feuilles coriaces (r. alaternus L) croît sur les coteaux calcaires du Midi et du Centre Ouest.

Toutes sont à considérer comme étant toxiques.

Confusions possibles : avec le cerisier à fruits noirs, le cerisier à grappe (prunus padus L) et surtout avec le cerisier mahaleb (ou bois de Sainte Lucie) (prunus mahaleb) dont les feuilles ressemblent à celles du nerprun purgatif mais contrairement à ce dernier, ils ne sont pas épineux.

Le nerprun des Alpes (rhamnus alpina) leur ressemblerait davantage mais ses feuilles ont 10-15 paires de nervures alors que celles du cerisier mahaleb n'en ont pas plus que 6.

Toxicité : les fruits frais des différentes espèces sont émétiques et cathartiques. Il en est de même pour l'écorce fraîche.

Composition : les nerpruns renferment des composés anthracéniques (rhamna cathartine).

Les feuilles sont extrêmement riches en vit. C (1000 mg pour 100 g, soit 20 fois plus que le citron) mais il n'est pas certain qu'elles soient comestibles.

Propriétés médicinales : les fruits séchés étaient jadis utilisés comme laxatif, diurétique et dépuratif. Leur effet est si violent qu'il vaut mieux s'en abstenir.

L'écorce séchée était également utilisée mais après 2 ans de séchage.

L'infusion des feuilles séchées était indiquée pour arrêter la lactation (info trouvée dans le livre phytothérapie Dr. J. Valnet)

Autres usages : on extrayait des graines deux teintures : l'une jaune, l'autre verte qui ont servi à teindre les tissus ; ce sont des couleurs qui « tiennent » et ne passent pas au lavage ni au soleil. Certains peintres s'en servent encore pour obtenir des coloris rares que la chimie ne peut leur fournir.

La plante est toxique donc je n'ai aucune recette à vous proposer.