!

vendredi 30 avril 2021

FUMETERRE


Fumaria officinalis

Noms communs : herbe à la jaunisse, pisse sang, fiel de terre, herbe à la veuve, fleur de terre, pied de géline, chausse rouge ou lait battu.

Famille : fumariacees.


Description : plante toujours annuelle, souvent délicate, à tiges étalées ou grimpantes.



Tiges : étalées, grimpantes, peu vigoureuses.

Feuilles : segments foliaires aplatis, pennées avec généralement de petites divisions lobées ou dentées.

Fleurs : en inflorescences latérales ou terminales, 7-9 mm, nombreuses, 4 pétales rose pourpré à sommet noir rougeâtre, sépales irrégulièrement dentés.

Floraison : avril à octobre.

Fruits : arrondis, indéhissants (ne s'ouvre pas à maturité) à 1 graine, 2-2,5 mm, entaillés ou pointus au sommet, rugueux, à dessication.

Partie souterraine : nombreuses racines adventives minces.

Habitat : terrains cultivés, vagues, sur sol léger, bien drainé, acide ou calcaire. Adventice annuelle souvent commune, en colonies.

Principaux caractères d'identification : plante annuelle, champs et décombres, feuilles plusieurs fois divisées, fleurs un peu pareilles à des pieds de chaussette (avec un éperon à l'arrière).

Autres espèces du genre en Europe : environ 55 espèces. C'est un groupe difficile à différencier par de détails concernant fleurs et fruits.

Composition : les principaux constituants connus sont la fumarine (alcaloïde), l'acide fumarique et 8 alcaloïdes.

Indications : la fumeterre serait favorable à la longévité. Elle est indiquée dans les cas de congestion hépatique, ictère, athérosclérose, pléthore, hyper globulie, hyperviscosité sanguine, hypertension, anémie, lymphatisme, parasites intestinaux, scorbut, dermatoses (dartres), maladies vénériennes.

Parties utilisées : la plante entière est utilisable. La faire sécher sur un drap ou en petits bouquets suspendus dans un endroit sombre et aéré.

Récolte : cueillir la fumeterre de mai à octobre et choisir des plantes bien feuillues et bien fleuries.

Comment l'utiliser ?

1. En infusion : 20 g de plante sèche ou 40 g de plante fraîche pour 1 litre d'eau. Laisser infuser 15 minutes et filtrer. Boire 2 à 3 tasses par jour avant les repas, 10 jours par mois. C'est un tonique anti-anémiant. Son usage prolongé est calmant, somnifère, amaigrissant (pléthore).

2. En alcoolature : 20 gouttes avant les 2 principaux repas, 10 jours par mois, pendant 3-4 mois pour un effet tonifiant.

3. Macération : Laisser reposer 1 petite branche de fumeterre pendant 24 h. dans 1 verre de vin ou de cidre. Filtrer. Boire 1 verre par jour durant 8 à 10 jours.

4. Suc frais : 5 à 6 c à s par jour dans du miel ou du lait contre les affections du foie.

5. Bains de pieds et de mains : 1 bonne poignée de plante fraîche ou 3 à 4 poignées de plante sèche par litre d'eau. Un bain par jour a un effet calmant, est un dépuratif et lutte contre les maladies de foie.


ATTENTION : les plantes sont loin d'être inoffensives et il est toujours très utile, voire nécessaire, de prendre l'avis de spécialistes avant une utilisation prolongée. Si vous prenez des médicaments, les effets de l'un peuvent contrecarrer les effets de l'autre !


- Pourquoi parler de cette plante alors que je ne lui connais pas d'utilisation culinaire ?

Parce que ma copine Agnès désirait mieux la connaître et le fait d'en trouver dans mon jardin a éveiller ma curiosité ! Merci Agnès ! La fumeterre n'est pas une mauvaise herbe utile en cuisine mais peut être précieuse en phytothérapie et en homéopathie.

mardi 13 avril 2021

SEDUM REFLECHI

 

LE SEDUM REFLECHI  sedum reflexum

                                             Nom commun : orpin des murs

                                             Famille : crassulacées

Description : plante vivace de15-50 cm, glabre dans toutes ses parties, formant de petites colonies.



Tiges :  dressées, résistantes, ramifiées au sommet.

Feuilles : alternes, allongées, charnues et renflées, de section plus ou moins cylindrique dans leur partie moyenne, pointues au sommet et se prolongeant un peu.

Fleurs : assez petites, munies de 6-8 pétales jaunes ou jaunâtres, aigus, étoilés, groupées en inflorescence globuleuse au sommet des tiges aériennes.

Floraison : juin-août.

Fruits : capsules contenant plusieurs petites graines.

Partie souterraine : rhizome très développé, portant outre les tiges aériennes fleuries de nombreux rejets sans fleurs, souvent rougeâtres.

Certains pieds de sedum réfléchi sont verts et d'autres glauques, sans que l'exposition plus ou moins grande au soleil puisse expliquer cette différence.

On réunit sous le nom de « sedum reflexum » plusieurs formes dont 3 sous espèces et 9 variétés ont été décrites.

Principaux caractères d'identification : aspect typique en « manchon », feuilles cylindriques, fleurs jaunes.

Culture : le sedum reprise (sedum telephium) est cultivé pour l'ornementation. Il est aussi appelé reprise, poule grasse, grand orpin, herbe à la coupure, joubarbe des vignes. Ses fleurs sont roses ou jaune pâle.

Autres espèces du genre en Europe : 56 dont 29 en France, 15 en Suisse et 10 en Belgique.

Les plus communes sont le sedum blanc (sedum album) à fleurs blanches, le sedum âcre (sedum acre) à fleurs jaune vif et le sedum reprise à fleurs roses ou jaune pâle.

Confusions possibles : avec les autres sedums à feuilles cylindriques et à fleurs jaunes, si les plantes sont fleuries. Evitez de confondre le sedum réfléchi avec le sedum âcre qui a une saveur poivrée et brûlante (il est aussi appelé poivre des murailles).

Attention : il existe de nombreux autres sedums dont les caractères sont très proches de ceux donnés pour les espèces ci-dessus et avec lesquels ils seraient facilement confondus. Si aucun sedum n'est toxique, plusieurs sont rares et ne devront jamais être cueillis. L'utilisation d'une flore est très importante pour les déterminer avec précision. (Les flores classiques sont des livres, contenant généralement des planches botaniques.)

Plusieurs espèces ont été ramassées pour leurs feuilles ou pour leurs racines comestibles (arrachage de racine veut dire plus de plante !)

Utilisations alimentaires : les feuilles tendres et charnues du sedum réfléchi et du sedum blanc, remplies d'un jus acidulé, sont agréables à manger telles quelles : elles rafraîchissent au cours d'une marche et forment de bonnes additions aux salades. Les jeunes pousses tendres sont les meilleures ! On peut aussi les faire cuire à la vapeur, à la poêle. Les grandes feuilles plates du sedum reprise sont encore meilleures en salade, vu leur taille, leur texture tendre et leur saveur délicate.

On emploie de même les feuilles du sedum rosé (rhodiola rasea) appelé aussi rhodiole : il est cultivé dans les jardins mais à l'état sauvage, il est assez rare, ce qui veut dire à utiliser avec modération.

Les petites feuilles du sedum âcre ou poivre des murailles de saveur très piquante et irritante peuvent servir de condiment si elles sont utilisées en très petite quantité.

Autrefois, on consommait les racines du sedum reprise et du sedum rosé crues, bouillies ou conservées dans le vinaigre. Cet usage est à proscrire car on arrache la plante.

Le sedum réfléchi et le sedum reprise ont été cultivés comme légume. Le second l'est encore pour l'ornementation des jardins. Vu les périodes chaudes et sèches, les crassulacées sont intéressantes à planter car elles sont peu demandeuses d'eau.

Composition : le sedum reprise renferme de l'acide malique, des sels minéraux (calcium), des tanins, mucilages et sucres.

Le sedum âcre contient des acides organiques, du tanin, un alcaloïde, un glucoside et une substance irritante.

Parties utilisées : suc frais, toutes les parties de la plante séchée, feuilles fraîches ou conservées dans l'huile. La dessiccation est très difficile.

Je vous propose quelques recettes ICI.

Propriétés médicinales : après en avoir ôté la cuticule, les feuilles de sedum reprise sont posées sur les plaies, les coupures et les brûlures pour en hâter la cicatrisation. Je parle ici de plaies et brûlures superficielles, toute blessure profonde exige des soins médicaux.

On aurait employé le sedum âcre comme antiépileptique et en usage externe comme coricide.

Toxicité : à trop forte dose, le sedum âcre est émétique et vésicant.

 

A PROPOS DE LA FAMILLE DES CRASSULACEES :

Ce sont des plantes herbacées succulentes, annuelles ou vivaces à fleurs régulières en étoile ou en clochette.

Pour les reconnaître plus aisément, distinguons une subdivision importante dans cette famille :

1.      Des plantes sans rosette de feuilles basilaires et fleurs généralement à 5 sépales et 5 pétales entièrement libres : ce sont les SEDUMS.

2.      Des plantes à rosette de feuilles basilaires très compactes et fleurs à 6-20 sépales et 6-20 pétales soudés entre eux à la base,12 à 40 étamines : ce sont les SEMPERVIVUMS dont les joubarbes. 


Que pouvez-vous récolter comme plante sauvages actuellement ?

Les orties feront des soupes, des quiches et des purées de légumes pleines de saveur et de vitamines, les pissenlits verts ou blancs, crus ou cuits, l'ail des ours frais ou séché, l'alliaire, les feuilles de ficaire, les fleurs de prunellier pour aromatiser les desserts ou faire une excellente teurgoule. Vous trouverez ces recettes sur le blog et ne vous privez pas de retrouver ces saveurs avec plaisir !

 Message à tous : pour avoir passé quelques jours en hôpital durant cette période bousculée par le covid, je remercie infiniment les services d'urgences, les ambulanciers, urgentistes, médecins, infirmiers et infirmières sans oublier les stagiaires infirmiers qui malgré leur épuisement, rassurent et entourent les malades : ils ne cessent de courir mais leur passion de soigner est la plus forte ! Pour le personnel médical, par respect pour leur travail, notre devoir est de continuer nos efforts de respecter les règles de confinement et d'oublier notre égoïsme !

Un immense merci à tous et tenons la barre : le soleil revient toujours après la tempête !