!

vendredi 6 novembre 2015

LES PLANTAINS

Voici la cinquantième plante de ce blog ! 

Abordons cette bonne « mauvaise herbe » aux multiples usages. 
Il en existe 6 variétés en Belgique, 8 en Suisse et 21 en France. 
Ils appartiennent à la famille des plantaginacées.

1 : Plantin majeur : plantago major
Grand plantain, plantain à larges feuilles, plantain des oiseaux, pain d’oiseaux, herbe aux cailles, plantain à bouquets, herbe à la belette, herbe de crapaud.


Description : plante vivace de 10 à 40 cm, d’aspect caractéristique, formant des rosettes sur le sol, poussant souvent en colonies.

Tiges : partant du centre de la rosette, redressées, simples, totalement dépourvues de feuilles.

Feuilles : toutes en rosette, étalées ou plus ou moins dressées, munies d’un long pétiole, largement ovales, obtuses, irrégulièrement dentées sur les bords, parcourues par quelques nervures parallèles bien marquées, de texture ferme.

Fleurs : minuscules, blanchâtres, à étamines longuement saillantes, groupées en épis cylindriques très minces et allongés terminant la tige.

Floraison : de juin à octobre.

Fruits : petites capsules contenant 8 graines elliptiques de couleur brune.


Partie souterraine : racine principale développée.

2. Plantain lancéolé : plantago lanceolata, herbe aux 5 coutures ou 5 côtes, herbe de bonnes-femmes, oreilles de lièvre, langue de brebis ou d’oie, herbe au charpentier ou herbe de Saint Joseph.


Tiges : partant du centre de la rosette, dressées, sans feuille, avec un long pétiole floral.

Feuilles : en rosette basale de 10 à 30 cm de diamètre, pointues à base étroite, au bord parfois denté, généralement à 5 nervures.

Fleurs : très nombreuses, minuscules, les épis compacts terminent la tige. Les étamines sont saillantes, vaporeuses, 2 à 3 fois plus longues que la corolle.
Floraison de mai à septembre.


Partie souterraine : racine bien développée, fibreuse.

3 : Plantain moyen : plantago média, langue d’agneau.
Ce plantain apparaît en moyenne montagne d’avril à novembre; il est commun.
Les feuilles appliquées au sol sont duveteuses et sans pétiole, elliptiques à ovales, 7 à 9 nervures.
Les fleurs sont roses, épis plus courts que les longs pétioles ridés.

Il pousse dans les prairies et pelouses surtout calcaires. (Sud du sillon Sambre et Meuse.)




4 : Le plantain maritime : plantago maritima.


Feuilles : plusieurs rosettes de feuilles épaisses, charnues, rigides, linéaires à 3 à 5 nervures.

Fleurs : brunâtres, longs épis verdâtres sur des tiges non ridées, généralement plus longues que les feuilles.

Il pousse au littoral, souvent sur sol pauvre, calcaire. (Littoral et estuaire de l’Escaut)

5 : Plantain corne de cerf : plantago coronopus, pied de corbeau, pied de corneille.
Plante basse avec une ou plusieurs rosettes, bisannuelle ou vivace.


Feuilles : linéaires, lancéolées, souvent pennatilobées, dentées, glabres ou finement poilues.

Fleurs : brun jaunâtres, en longs épis sur des pédoncules non ridés, plus longs que les feuilles.


Il pousse au littoral, sur sable et graviers, pelouses sablonneuses. (Nord du sillon Sambre et Meuse.)

6 : Plantain des sables : Plantogo arenaria.
Plante annuelle, assez petite, poilue.



Tiges : feuillues, très ramifiées.

Feuilles : non charnues, linéaires à lancéolées, étroites, opposées ou verticillées, généralement entières. 

Fleurs : blanc brunâtres en inflorescence arrondies ou oviformes.


Pousse dans les lieux secs, les sols sablonneux. 
Naturalisé en Belgique.


Principaux caractères d’identification des plantains :
Feuilles en rosettes à nervures parallèles.

Tiges sans feuilles terminées par un épi grêle.

Utilisations alimentaires :
Les toutes jeunes feuilles assez tendres peuvent être ajoutées crues aux salades.
Le grand plantain a une légère saveur amère rappelant le champignon.

En général, les feuilles des différents plantains sont associées à d’autres plantes et utilisées en petites quantité dans les salades, les verrines ou avec des céréales. Les feuilles âgées, plus coriaces sont très bonnes cuites en soupes ou comme légume. Elles s’utilisent toutes car leurs propriétés sont fort semblables.

Composition :
Le plantain est riche en protéines complètes, en vit. C et en sels minéraux.
Il renferme du mucilage et des tanins.

Propriétés médicinales :
Le plantain est à la fois astringent et émollient. Il est dépuratif, antiseptique et hémostatique. En usage externe, on l’emploie comme collyre (en compresses), comme cicatrisant (en appliquant les feuilles écrasées), comme sédatif contre les piqûres d’insectes et d’orties (le suc des feuilles écrasées).


Toutes ces propriétés sont dues en grande partie à la présence de mucilage, de tanin, de glucides, de sels minéraux et de soufre.

Parties utilisées :
Suc frais, plante entière, feuilles au printemps, racines toute l’année, graines mûres récoltées par temps sec.

Sécher rapidement au soleil ou au four tiède pour éviter le brunissement.

Grâce à la couche de mucilage qui les recouvre, les graines de plantains peuvent servir de laxatif mécanique.

Il ne m’est pas possible de vous transcrire ici la légende du plantain mais lors de nos prochaines sorties, si vous le souhaitez, je vous la conterai avec grand plaisir.


Passons en cuisine pour quelques recettes.

Voilà encore une belle découverte ! 
Vivement le printemps pour retrouver et déguster les jeunes feuilles. 

Fin Novembre, nous aborderons l’oxalis.

Bonnes balades et profitez pour récolter cynorrhodons, prunelles (elles sont déjà bien bonnes), nèfles et encore les cenelles. 
Un changement dans mon adresse mail : guiot.b@hotmail.be