!

mardi 11 mai 2021

CORYDALE DIGITEE

Tout d'abord je voudrais présenter tous mes vœux de bonne fête aux mamans.

Un peu en retard pour les Belges, un peu en avance pour les Françaises ... mais c'est l'intention qui compte n'est-ce-pas !

LA CORYDALE DIGITEE  corydalis solida

                                                 Famille : fumariacées


Description : petite plante vivace de 10-30 cm, glabre, remarquable par son feuillage découpé et sa floraison.



Tige : dressée, simple, portant 3-4 feuilles et 1-3 écailles ovales à la base.

Feuilles : alternes, composées de 3 folioles, chacune composée de 3 foliolules divisées en segments lobés et étroits.

Fleurs : assez grandes, 15-30 mm, pourprées ou parfois blanches, en inflorescences plutôt serrées, horizontales, irrégulières, à 4 pétales, le supérieur prolongé en éperon allongé, légèrement courbé, réunies en grappe terminale dressée, découpées en lobes étroits.

Floraison : de mars à mai

Fruits : capsules allongées terminées en bec, s'ouvrant par 2 valves, renfermant quelques graines noires, luisantes, pendant à maturité. Contrairement à la fumeterre, dont le fruit est indéhissant (il ne s'ouvre pas à maturité), le fruit de la corydale s'ouvre à maturité.      

Partie souterraine : souche renflée en tubercule plein et solide.

Principaux caractères d'identification : feuilles offrant l'aspect de feuilles de fougères (genre rue des murailles), et fleurs en grappe.

Habitat : bois, taillis, presque toute la France, rare dans le midi, Suisse, Belgique, centre et sud de l'Europe.

Autres espèces du genre en Europe : 13 dont 5 en France, 3 en Suisse et 4 en Belgique parmi lesquelles la corydale creuse (corydalis bulbosa), plante des montagnes de l'Est à fleurs pourpres et la corydale jaune (corydalis lutea) répandue sur les murs et les rochers de nos régions, à fleurs jaunes, souvent cultivée dans nos jardins pour ses fleurs et son feuillage découpé.

Confusions possibles : aucune.

Toxicité : la corydale digitée et la corydale creuse passent pour toxiques, en particulier leur racine   qui peut produire des troubles nerveux. Il est probable que les autres espèces le soient également.

Composition : les corydales renferment plusieurs alcaloïdes dont la bulbocapnine et la corydalline paralysant la moelle épinière à forte dose.

Propriétés médicinales : la racine renflée des corydales a été employée comme vermifuge mais son usage n'est pas sans danger.

Si je vous décris la corydale, c'est qu'elle est proche de la fumeterre décrite dans l'article précédent et que vous pouvez trouver dans vos jardins ou dans la nature proche de chez vous. 

Elles appartiennent à la même famille de plantes et ont une ressemblance marquée Quoi que la corydale soit plus grande et pousse un peu partout.. L'une et l'autre sont toxiques ! 

La fumeterre est utilisée en phyto mais la corydale ne l'est pas ou plus car sa toxicité est plus grande (voir les composants).

Pas de recette pour cette plante. 

MAIS

Je serais triste si vous manquiez de recette, aussi en voici quelques nouvelles concernant des plantes déjà décrites et se récoltant maintenant : recettes très faciles à réaliser, il suffit de récolter les plantes nécessaires à la réalisation.

Pour l'ail des ours : 

  • tagliatelles d'ail des ours
  • saucisse purée à l'ail des ours.

Pour l'aegopode (ou égopode) : 

  • tzatzíki d'égopode
  • blinis à l'égopode
  • salade de fleurs sauvages

Pour les fleurs de sureau (qui vont fleurir très bientôt) : 

  • velouté de courgettes aux fleurs de sureau.

Vous retrouvez ces recettes dans « les recettes de marraine Bobette » en sélectionnant la plante utilisée pour la recette.

 

A très bientôt et profitez du bon air, promenez-vous dans les bois, la campagne et récoltez les plantes que vous connaissez bien avant de les transformer en plats ou desserts délicieux aux saveurs insolites et surprenantes.