!

vendredi 22 juin 2018

LA MARGUERITE


LA MARGUERITE. Leucanthemum vulgare
                                 Famille : astéracées .
Description : belle plante vivace de 20-80 cm, glabre, à fleurs caractéristiques (cœur jaune et halo de pétales blancs.)
Tige : dressée, raide, lâchement feuillée.
Feuilles : feuilles de la base élargies vers le sommet et rétrécies en un long pétiole. Feuilles de la tige allongées et sessiles, bordées de dents irrégulières, voir de lobes aigus, d’un beau vert foncé.
Fleurs : en tubes jaunes au centre et en ligules blanches sur le pourtour. Réunies en grands capitules (jusqu’à 4,5 cm de diamètre), aplatis terminant la tige.
Fruits : petits akènes allongés.
Partie souterraine : souche développée.
Principaux caractères d’identification : aspect des feuilles et des fleurs.

Culture : certaines marguerites sont cultivées pour l’ornementation, en particulier cette espèce et la grande marguerite (leucanthemum maximum D C.) des Pyrénées dont les capitules atteignent 6 cm de diamètre.
Autres espèces du genre en Europe : 11 dont 6 en France et 1 en Suisse. La plupart poussent dans les lieux secs du midi de la France. L’espèce décrite est la plus répandue dans nos régions.
Habitat : la marguerite pousse à peu près partout, bien que, comme beaucoup de fleurs sauvages, elle préfère les lieux herbeux et broussailleux et les sols pauvres. On la trouve dans les prairies, les haies, les friches et les bois clairs. Elle apprécie aussi les bas côtés et les talus aux abords des routes.
Confusions possibles : avec d’autres espèces du genre dont, à priori, aucune n’est toxique. On pourrait éventuellement la confondre, avant la floraison, avec quelques « composées » d’autres genres, tel  le séneçon jacobée, plante toxique dont les feuilles sont plus grandes et plus profondément découpées que celles de la marguerite.
Utilisations alimentaires : Les jeunes pousses de marguerite forment un excellent légume, juste passées à la vapeur et servies avec un filet d’huile ou une sauce légère. Leur saveur est agréablement aromatique. Crues, elles sont nettement sucrées et peuvent être ajoutées aux salades.
Les feuilles développées sont encore utilisables mais un peu moins bonnes.
Les capitules décorent magnifiquement les salades et autres plats.
On peut en préparer un vin, comme on le fait avec les pissenlits.
Quelques recettes sont disponibles en suivant ce lien.

Propriétés médicinales : en infusion, la plante passe pour être diurétique et diaphorétique. Un cataplasme de marguerites écrasées soigne les plaies externes.
Les fleurs macérées dans de l’eau bouillante et additionnées de miel apaisent la toux et les affections bronchiques. L’infusion des feuilles est efficace contre l’asthme.
Période de récolte : feuilles de mars à juin et les fleurs de mai à août.

samedi 9 juin 2018

Les recettes de notre balade - dégustation du 19 mai.


Comme promis, les recettes présentées lors de la dégustation sont reprises sur ce blog…
Le petit jardin de Gerpinnes ouvrait ses portes ce samedi 19 mai et un public toujours intéressé en a franchi les haies… 
Peu de monde car le mariage royal a captivé le monde entier, mais les personnes présentes ont découvert avec un grand plaisir des saveurs inconnues. 
C’était un véritable plaisir d’observer les réactions très positives de chacun et de partager ces saveurs nouvelles.
Ces recettes ont été ajoutées en haut des pages existantes "Les recettes de marraine Bobette ... ". Vous trouverez des liens directs ci-dessous.
Alors, à vos cueillettes et à vos casseroles.
Recettes à base d'EGOPODE

Recettes à base de CONSOUDE


Si vous cuisinez par ce temps orageux, soyez  vigilant car l’orage favorise la fermentation et peut rendre certaines préparations inconsommables.  ( sirop de fleurs de sureau, crèmes, soupes…)
En attendant l’article suivant, profitez bien de la nature et prenez du plaisir à admirer et à respirer l’air de nos campagnes.