!

jeudi 29 juillet 2021

Information pratique

J'en suis désolée mais le service d'annonce automatique de parution d'un nouvel article va disparaître d'un jour à l'autre. Ceci est donc probablement le dernier message que vous recevrez par ce biais.

Nous n'avons malheureusement pas su récupérer les adresses des abonnés à ce service.

Aussi je vous propose, si vous êtes intéressé(e) par une annonce des mises à jour de ce blog, de m'envoyer un mail à l'adresse suivante : newsbonnesacroquer@gmail.com.

Nous nous ferons un plaisir de vous signaler toute modification au blog; mais ce sera fait manuellement donc avec risque d'oubli ou d'erreur humaine.

A bientôt.

LE CRESSON

 

LE CRESSON.       Nasturtium officinale

                                  Noms communs : cresson de fontaine, santé du corps.

                                  Famille : brassicacées

Description : plante vivace aquatique de 20-60 cm de hauteur, glabre dans toutes ses parties, à saveur forte et piquante très caractéristique, formant de belles colonies.



Tiges : jusqu'à 2m de long, rampant dans la vase ou à la surface de l'eau et redressées vers l'extrémité, molles, creuses, portant çà et là de petites racines adventives blanches.

Feuilles : alternes, découpées en 5-7 folioles arrondies distantes les unes des autres, dont la terminale, largement ovale, est nettement plus grande, vert foncé, luisantes.

Fleurs : petites, à 4 pétales blancs en croix, groupées en inflorescence au sommet des tiges.

Floraison : juin- septembre.

Fruits : siliques un peu recourbées portant de petites graines disposées sur 2 rangs dans chaque loge.

Récolte : plante entière, d'avril à novembre. Les feuilles se ramassent généralement avant la floraison mais on peut aussi cueillir lorsque fleurs et fruits sont présents ; la récolte peut donc se faire pendant toute la durée de vie de la plante. La couper au-dessus des tiges flottantes portant des racines adventives pour que la plante continue à se développer : l'arracher à la vase lui nuirait.

Habitat : eaux courantes, ruisseaux, sources, fossés, plus rare en montagne (300m maximum), toute la France, Suisse, Belgique et toute l'Europe.

Prudence : si le cresson croît dans des ruisseaux bordés de pâturages, risque de contamination par la douve du foie (lire le paragraphe « toxicité »)

Principaux caractères d'identification : plante aquatique, tiges allongées, flottantes ou rampantes, aspect des feuilles, saveur piquante.

Culture : le cresson est cultivé dans des cressonnières alimentées en eau courante et se récolte en bottes. Lorsqu'on veut conserver ces bottes durant quelques jours, plonger toute la plante coupée dans un récipient d'eau fraîche et placer celui-ci, couvert, dans une cave fraîche. (dans un vase, le cresson pousse et perd sa qualité.)

Autres espèces du genre en Europe : 1, présente dans toutes les régions : nasturtium macrophylum, à feuilles plus petites et comestible également.

Confusions possibles : avec l'espèce précédente, avec quelques crucifères poussant dans les lieux humides (cardamine amère, (cardamine amara), cardamine des prés (c. pratensis), barbarée (barbaea vulgaris) à tiges dressées adventives et avec l'ache nodiflore (apium nodiflorum), ombellifère aquatique à feuilles divisées, à folioles dentées et aux fleurs en ombelle.

Attention aux ombellifères aquatiques (ciguë vireuse-cicuta virosa-, œnanthe aquatique-œnanthe aquatica-et œnanthe safranée -crocata- : elles ne sont pas flottantes et leurs feuilles sont plus finement divisées que celles du cresson.

Utilisations alimentaires : le cresson est une des plantes sauvages les plus récoltées. On apprécie la saveur piquante de ses feuilles crues (y compris les tiges et les inflorescences) qui relève les salades et les plats de viande et de poisson.

C'est aussi un excellent légume cuit qui parfume les soupes. En hiver, on peut remplacer les feuilles par les graines mûres moulues qui ont les mêmes emplois et peuvent servir à aromatiser les viandes braisées. Le cresson est apprécié depuis les temps les plus reculés et on le cultive depuis le 16e siècle.

Quelques recettes se trouvent à la page "Les recettes de marraine Bobette: le cresson"

Composition : le cresson est très riche en calcium, fer, iode, sodium, potassium, vitamines A, B2, E, PP. Il est riche en vitamine C et B, phosphore, magnésium et contient une huile essentielle sulfurée.

Propriétés médicinales : le cresson est tonique, apéritif, stomachique, dépuratif, diurétique, expectorant et antiscorbutique.

Toxicité : la consommation excessive de cresson cru peut provoquer des troubles urinaires (cystite). Il arrive que la plante soit contaminée par les larves de la douve du foie (fasciola hepatica), ver parasite habituel des ruminants, qui peut se montrer dangereuse pour l'homme en s'enkystant dans le foie. En cas de doute, il vaut mieux faire cuire le cresson, ce qui élimine tout risque en tuant le parasite.



mercredi 21 juillet 2021

LE FRÊNE COMMUN

 

LE FRÊNE COMMUN.

                                          Fraxinus excelsior

                                          Famille : oléacées

                                          Noms communs : quinquina d'Europe, grand frêne, langue d'oiseau, arbre des centenaires.

 

Description : arbre de grande taille, 15 à 40 m, disséminé en forêts, parfois en mélange avec le chêne et le hêtre. On le trouve aussi dans les parcs, dans les haies vives, en bordure des cours d'eau et des routes. Facilement reconnaissable par ses feuilles, ses fruits et ses bourgeons.



Tronc : écorce lisse, d'un brun olivâtre ou jaunâtre, ensuite, presque noire, finement et densément gerçurée. Elle ressemble assez bien à celle du chêne mais les crevasses sont moins profondes et plus rapprochées.

 

Bourgeons : gros, noirs, légèrement veloutés et opposés, posés sur des coussinets foliaires saillants, le bourgeon terminal est gros et pyramidal.

 

Feuilles : opposées, grandes, pétiolées, composées de 7 à 15 folioles, lancéolées, dentées, d'un vert assez foncé. Elles apparaissent après les fleurs. Le chêne est un des arbres dont la foliaison est la plus tardive.

 

Fleurs : le frêne peut être hermaphrodite, mâle ou femelle. Fleurs rougeâtres, rudimentaires, insignifiantes car incomplètes : elles sont dépourvues de pétales et sépales, comprenant seulement étamines et pistil, disposées en panicules retombants.

 

Floraison : avril-mai.

 

Fruits : samares sous forme de capsules planes, allongées, indéhiscentes, surmontées d'une aile membraneuses. Chaque samare ne renferme qu'une semence. Elles mûrissent en octobre et  ne se disséminent qu'en hiver et au début du printemps.

 

Principaux caractères d'identification : feuilles composées imparipennées et lancéolées, bourgeons noirs, samares à une aile membraneuse.

 

Habitat : commun partout surtout sur terrains frais et profonds, les bois, les bords de cours d'eau ; c'est un grand consommateur d'eau et il a besoin de lumière.

 

Autres espèces du genre en Europe :  5 en Europe occidentale : le frêne commun, le frêne oxyphylle (oxyphylla à petits bourgeons lisses et brun jaunâtre), le frêne à fleurs (fraxinus ornus), originaire de la mer Noire et cultivé aujourd'hui comme arbre d'ornement, le frêne à feuilles rondes (fr. rotundifolia) aux folioles presque aussi larges que longs et feuilles comptant 5 à 7 folioles, et le frêne blanc (fr.americana) qui est le plus répandu des frênes exotiques, à 5 ou 9 grandes folioles (15cm) d'aspect blanchâtre sur la face inférieure et un peu dentées. Il existe aussi d'autres variétés ornementales et cultivars.

 

Utilisations alimentaires : les feuilles ont une valeur alimentaire intéressante et une saveur agréable. Les fruits, après avoir été bouillis dans deux eaux différentes servent à un erzatz de câpres.

 

Autres utilisations : les feuilles ont une excellente valeur fourragère : elles sont séchées et stockées.

                                 Le bois est un excellent bois de chauffage ; sa valeur calorifique le place juste derrière le chêne rouvre et avant le hêtre. Les cendres issues de sa combustion sont riches en potasse et donnent un engrais intéressant pour le jardin.

 

Composition : feuilles et écorce contiennent : inosite, mannite, quercitrine, dextrose, acide malique, gommes, tanin, fraxine, et 1 huile essentielle.

Dans les feuilles : fer, cuivre, vit.C

Dans la sève : un dérivé de coumarine.

 

Propriétés médicinales :

Feuilles : diurétiques, anti-goutteux, dépuratif, anti-rhumatismal, anti-inflammatoire, purgatif.

Ecorce : tonique, fébrifuge, astringent.

Le frêne est utilisé sous forme de spécialités pharmaceutiques en allo-thérapie, en homéothérapie et en pharmacie vétérinaire.

Les conseils d'un spécialiste sont recommandés pour un dosage approprié.

Le frêne est également utilisé en tisanes et la tradition attribue à l'écorce des propriétés toniques et fébrifuges.

Les feuilles se récoltent au début de l'été et constituent un bon remède naturel contre les rhumatismes et l'arthrite.

 

Toxicité : une consommation abusive peut provoquer des troubles divers et les quantités prescrites doivent être respectées.

Le frêne est une essence ligneuse bien présente dans nos forêts européennes. Il aime l’humidité et se retrouve souvent en compagnie des peupliers, des ormes, des aulnes et autres espèces vivant près de l’eau. Il s’adapte très bien et est capable de s’acclimater sur des sols rocheux.

Sa croissance est vigoureuse et son bois est de très bonne qualité.

La mythologie germanique et scandinave lui réserve une place de choix ! D’une solidité puissante, il est le lien entre trois niveaux du cosmos et correspond à l’arbre cheval d’Odin, dieu de la guerre.

Les Grecs retiennent l’aspect cosmique du frêne et le considèrent également comme l’arbre de Poséidon car il sauve les marins et prévient les naufrages.

Les Irlandais et les Gallois réalisaient les quilles des bateaux et les rames avec le bois de frêne.

 

Quelques recettes se trouvent sur la page « Les recettes de marraine Bobette : le Frêne ».

 

Une dernière réflexion : le frêne fait partie des 21 arbres de l'horoscope celtique.

Que dit-il du frêne ? « Feuilles hautes dans la brume, longues racines en terre humide, loin jusqu'aux eaux, il a sa place dans trois mondes à la fois, SAGESSE, MORT, RENAISSANCE. Solide et puissant, sans jamais courber l'échine, il résiste droit et digne aux adieux d'une saison, aux tempêtes effrénées ».

 

Pensée du jour basée sur le frêne : « Puisque le frêne est l'arbre cosmique, existe-t-il tour du monde plus rapide (et moins polluant) que d'aller faire un tour sous ses branches ? »

 

Il était inutile d'imaginer une sortie nature avec la pluie de ces derniers jours ! J'espère cependant qu'en août, nous pourrons retourner ensemble dans les bois et mettre la mûre à l'honneur !!

 

J'aspire à vous revoir très nombreux mais encore un peu de patience ! Courage à vous tous !


Post scriptum :

Les plus observateurs d'entre vous se sont aperçu que j'avais déjà parlé du frêne en 2016 ... !

A la suite de celà peut-on vraiment dire que je perds la tête ?  Je ne le pense pas ... enfin, j'espère.

Après tout nous sommes en été et la télé nous abreuve déjà de rediffusions, alors pourquoi pas Bonnes à Croquer ?

Prenez donc ça comme une mise à jour d'autant plus que je vous offre 5 nouvelles recettes.

A bientôt