!

mardi 29 novembre 2022

LE CYTISE

 LE CYTISE.               

                                    Laburnum anagyroides = cytisus laburnum

                                    Famille : fabacées

                                    Nom commun : aubour, faux ébénier

 

Cette plante est toxique.




Description : arbuste de 3-10 m remarquable par ses grosses feuilles « de trèfle » et sa splendide floraison qui lui vaut parfois le surnom de « pluie d'or ».

Tronc : à écorce lisse, verte, à rameaux arrondis.

Feuilles : grandes, longuement pétiolées, composées de 3 folioles de 2-5 cm de long munies d'un très court pétiole, allongées, entières, plus pâles et couvertes de poils appliqués en dessous.


Fleurs :
grandes, jaune clair, à corolle papilionacée, à pédoncule et calice couverts de petits poils soyeux appliqués, dégageant un parfum suave. Réunies en longues grappes latérales pendantes, de 15 à 25 cm de long, avec plusieurs feuilles à la base.

Floraison : avril-juin.

Fruits : gousses de 4-6 cm de long sur 7-8 mm de large, brun clair ou gris brunâtre, à suture supérieure épaissie, contenant de 3 à 7 graines.

Principaux caractères d'identification : feuilles, fleurs jaunes odorantes.

Autres espèces du genre en Europe : 1 en France et en Suisse, le cytise des Alpes (laburnum alpinum) très proche et tout aussi toxique. Il pousse dans les bois d'altitude du Jura et des Alpes, fleurit en juin, juillet et ne se distingue de son cousin que par des détails, en particulier, ses folioles vertes sur les deux faces.

Confusions possibles : normalement aucune, pourtant ses fleurs jaunes ont été prises pour les fleurs blanches de robinier pseudoacacia. (Arbre déjà vu sur ce blog)

Toxicité : toutes les parties du « cytise » sont toxiques, mais ce sont surtout les fleurs qui causent des accidents par confusion avec les fleurs de « robinier pseudoacacia » dont on prépare des beignets. La plante provoque de graves troubles digestifs, nerveux et respiratoires pouvant être mortels.

Les gousses vertes du cytise provoquent souvent des accidents chez les enfants qui les prennent pour des petits pois. Il arrive également que des animaux soient gravement intoxiqués par cette plante.

La plante est également émétique, ce qui, vidant le contenu de l'estomac, permet l'élimination d'une grande partie des principes toxiques.

Parties toxiques : toute la plante, surtout les fleurs et les fruits.

Habitat : bois, sur terrain calcaire, de la Lorraine aux Alpes Maritimes. Il se ressème facilement de lui-même et s'est donc naturalisé un peu partout : on en rencontre parfois de belles stations très en dehors de son aire naturelle. Il se retrouve également dans le centre et le sud de l'Europe.

Composition : le cytise renferme dans toutes ses parties de dangereux alcaloïdes, en particulier la cytisine, dont l'action est semblable à celle de la nicotine, ainsi que de l'anagyrine. Il contient aussi des phytohémagglutinines.          

Aucune recette concernant cette plante, bien sûr, mais je vous partage cependant quelques recettes intéressantes concernant :

Le noisetier : gâteau noisettes et chocolat.

                biscuits apéro noisettes et comté.

Le noyer : biscuits apéro aux noix, au thym et au romarin.

L’aubépine : compote pomme et cenelles d'aubépine.

L'églantier : sirop de cynorrhodons.

Le châtaignier : soupe potimarron-châtaignes (variante).

4 recettes faciles qui peuvent agrémenter votre ordinaire : délicieuses et bon marché !

La dernière balade de cette saison a eu lieu ce samedi 26 novembre à Florennes : nèfles, cenelles, cynorrhodons et prunelles ont attiré nos regards : les oiseaux n'avaient pas tout dévoré !

Merci à vous, public très nombreux (30 personnes), très intéressé et très intéressant !

La dégustation a surpris pas mal de monde et ce fut un plaisir de participer à ces découvertes gustatives.

Votre participation, votre bonne humeur et votre enthousiasme m'incitent à penser déjà à l'année à venir et à continuer ces sorties dans notre belle nature !

Bien sûr, l'hiver arrive et comme la nature, je me repose pour mieux repartir au printemps !

Ce n'est qu'un au revoir, sur le terrain, nous nous reverrons !

Suivez les parutions sur le blog et vous serez avertis de la reprise.

Encore un immense merci à tous et bon hiver !

 

Pensée du jour :

Si nous n'avions pas l'hiver, le printemps ne serait pas si agréable.

Si nous goûtions parfois l'adversité, la prospérité ne serait pas si bien accueillie.

                                                                         Anne Bradstreed  


jeudi 10 novembre 2022

Le CARVI

 Le carvi :              carum carvi

                  Famille : ombellifères

                  Synonymes : cumin des prés, anis des Vosges, kümmel

Description : ombellifère bisannuelle ou vivace de 30-80 cm, glabre, dont toutes les parties dégagent au froissement une odeur aromatique, en particulier les fruits.




Tiges : dressées, très rameuses.

Feuilles : en rosette à la base et alternes sur la tige, 2-3 fois complètement divisées en segments linéaires brusquement terminés par une petite pointe, étalés dans le même plan. Divisions primaires et secondaires opposées. Pétiole engainant, celui des feuilles supérieures portant souvent à la base 2 petits lobes divisés.

Fleurs : petites, blanches. Groupées au sommet des tiges en ombelles composées, à rayons nombreux.

Floraison : mai-juillet.

Fruits : petits, allongés, à 3 côtes saillantes et 2 ailes très réduites, brun foncé, très aromatiques.

Partie souterraine : racine pivotante allongée, charnue.

Habitat : prairies, bois clairs. Est, Centre et Midi de la France, surtout en montagne, Suisse, Belgique, presque toute l'Europe.

Principaux caractères d’identification : habitat (prairies des montagnes ou d'altitude), aspect des feuilles et de la plante, fruits très aromatiques.

Culture : le carvi est cultivé comme plante condimentaire.

Cueillette : racines, de l'automne au printemps, feuilles, de mai à septembre, les fruits, de septembre à octobre.

Les racines se ramassent avant que les tiges n'aient commencé à se développer ; il faut donc pouvoir identifier la plante à l'aide des seules feuilles.

Autres espèces du genre en Europe : 4, dont 1 en France et en Belgique, aucune en Suisse.

Confusions possibles : en tenant compte de l'habitat, elles ne peuvent guère se produire qu'avec le méon ou fenouil des Alpes (meum athamanticum), plante des prairies fraîches des montagnes siliceuses, à tige nue ou presque et à feuilles divisées en segments très étroits et allongés. Une confusion ne serait possible qu'en l'absence de fruits : leur arôme trahirait immédiatement le carvi. Le fenouil des Alpes n'est pas toxique, mais c'est une plante rare qu'il ne faudra pas cueillir.

Il existe plusieurs ombellifères toxiques à feuilles finement divisées, mais il est improbable de les rencontrer dans les prairies de montagne où pousse le carvi.

Utilisations alimentaires : les racines de carvi, tendres et aromatiques, peuvent être mangées comme les carottes : elles étaient appréciées autrefois.

Les jeunes feuilles crues, hachées, parfument légèrement les salades. On peut aussi les cuire en légumes ou en soupe, de préférence avec d'autres plantes vu leur goût assez prononcé.

Les fruits ou « grains de carvi », sont un excellent condiment. Sous le nom erroné de cumin (voir la remarque en fin de description du carvi), on les emploie pour parfumer le pain (Pumpernickel), les fromages (gouda, munster), la choucroute, les liqueurs (kümmel). Mais on peut en aromatiser bien d'autres plats.

Composition : le carvi renferme une huile essentielle.

Propriétés médicinales : les fruits sont stimulants, stomachiques, carminatifs, antispasmodiques, emménagogues et galactagogues.

Remarque à propos du cumin : le cumin, cuminum cyminum, appartient aussi à la famille des ombellifères. Cette plante est originaire d'Afrique du Nord et du Proche-Orient.

Ses fruits elliptiques de 4-6 mm, à côtés filiformes, mats, plus ou moins velus (à observer à la loupe !) et donc distincts des fruits du carvi, s'emploient comme les fruits du carvi, en tant qu’aromate, mais leur senteur est bien plus forte, à la limite du désagréable. Très appréciés en Orient et en Afrique du Nord, ils sont indispensables dans le couscous. Le cumin médicinal est très proche du carvi et de l'anis : ils sont carminatifs et galactagogues : associés au carvi et à l'anis en parts égales, vous pouvez en faire une excellente infusion pour diminuer les flatulences.

Carvi et cumin se trouvent dans les commerces.

Retrouvez quelques recettes en suivant ce lien CARVI.

Amusez-vous à tester ces recettes bénéfiques à la santé et à découvrir des saveurs peu connues !

Pensée du moment : En chaque arbre, en chaque herbe, l'univers tout entier se condense et frémit. Contemplons-les, apprenons à les aimer, à les respecter pour vivre mieux demain.