!

jeudi 22 décembre 2016

PAS BONNES A CROQUER : Plantes toxiques : l'HELLEBORE et le LIERRE

LES TOXIQUES 3.

L’HELLEBORE FETIDE. (n.m.)
HELLEBORUS FOETIDUS
Famille des RENONCULACEES
Appelé aussi pied de griffon.

DESCRIPTION : curieuse plante vivace de 30-80 cm, glabre, à feuillage persistant, fleurissant en hiver, dégageant au frottement une odeur désagréable.

Tige : robuste, nue vers le bas et portant les cicatrices des feuilles tombées, très feuillée et ramifiée vers le haut, persistant en hiver.
Feuilles : toutes sur la tige, coriaces, longuement pétiolées, palmées, divisées depuis la base en 7-11 segments allongés, aigus, dentés en scie sur les bords, d’un vert foncé. Feuilles supérieures se réduisant progressivement jusqu’à ne plus être qu’une gaine élargie terminée par quelques lobes étroits.
Fleurs : pédonculées, 4-5 cm, portant à la base une large bractée ovale, formée de 5 grands sépales verdâtres souvent bordés de pourpre, restant dressés à la floraison, et de 5 petits pétales en tube à l’intérieur des sépales. Nombreuses, regroupées au sommet de la plante.
Floraison : janvier à mai.
Fruits : formés de 3 follicules, entourés par les sépales persistants, alors étalés.
Partie souterraine : racine principale épaisse.
Principaux caractères d’identification : aspect, feuilles coriaces, floraison hivernale.
Culture : la rose de Noël, « helleborus niger » est communément cultivée comme plante ornementale. Elle est native des Alpes de Haute Provence, des Hautes Alpes et du Tessin en Roumanie. Les variétés cultivées ont des fleurs plus grandes et plus développées que la forme sauvage. Toutes affectionnent les sols calcaires.
Autres espèces du genre en Europe : 10 dont 3 en France, 2 en Suisse et 1 en Belgique.
Confusions possibles : aucune vu l’aspect et la texture des feuilles.
Toxicité : les hellébores sont irritants  et toxiques. Il est improbable qu’ils soient ramassés pour la consommation car ils sont généralement coriaces et ont souvent une odeur désagréable, en particulier, l’hellébore fétide. Leur usage médicinal a parfois provoqué de graves troubles cardiaques.
Composition : ces plantes renferment un hétéroside cardiotoxique (helléboroside), des saponosides (helléborine et helléboréine), des alcaloïdes et de la protoanémonine.
Propriétés médicinales : les hellébores étaient autrefois utilisés comme purgatif, émétique et vermifuge, voire comme remède contre la folie. Mais ces usages sont dangereux. L’extrait de racines était utilisé pour purger et calmer les fous d’où les vers célèbres de La Fontaine : « ma commère il vous faut purger avec 4 grains d’hellébore. » La graine correspondait en pharmacie à 0.05 g.



Une seconde plante toxique bien visible en hiver :

LE LIERRE.
Hedera hélix
Famille des cornacées

Noms populaires : bourreau des arbres, herbe à cors, herbe de saint Jean, joli bois, rampe des maisons.

Description : liane grimpante ligneuse, persistante, 30 m maximum, souvent moins, rampant parfois sur le sol.


Feuilles : coriaces, vert foncé brillant avec souvent des nervures plus pâles.
Feuilles des rameaux non florifères à 3-5 lobes, celles des rameaux florifères sont cordiformes à elliptiques.
Fleurs : 7-9 mm, vert jaunâtre à anthères jaunes, venant en petites ombelles assez serrées.
Floraison : septembre à octobre ;
Fruits : globuleux, 6-8 mm, d’abord verts puis marrons et enfin noirs en hiver.
Racines : les rameaux végétatifs s’accrochent aux supports par des racines crampons ;
Habitat : bois, haies, murs, vieux bâtiments souvent à l’ombre épaisse.
Composition : les feuilles contiennent des saponosides, de l’acide oléanolique, des flavonoïdes, des acides phénils ainsi que de l’émétine.
Les fruits renferment en outre de l’acide hédératannique et des résines.
Propriétés médicinales : le lierre est utilisé sous forme de spécialités  pharmaceutiques en allothérapie et en pharmacie dermo-cosmétique.
La tradition lui reconnaît une action anesthésique locale, un pouvoir emménagogue ; il serait antispasmodique, antitussif, expectorant et anti-inflammatoire.
Cette plante médicinale n’est pas dénuée de toxicité et ne s’utilise que sur avis de médecins spécialistes ou thérapeutes avertis.
Toxicité : la plante est allergisante ; elle peut produire des troubles cutanés par simple contact chez des individus sensibles. Risques certains à utiliser feuilles et rameaux à trop forte dose : risque d’hémolyse.
Les fruits sont à rejeter car ils provoquent des troubles digestifs, angoisse, céphalées, délire, hallucinations, convulsions dégénérant en coma.
Du lierre dans son jardin ???
Oui, car il offre le gîte et le couvert à de nombreux animaux, son épais feuillage leur servant également d’abri en hiver. Il pousse dans toutes les situations même très ombragées et peut être planté au bas d’un mur en béton qu’il camouflera rapidement.

C’est avec ces deux plantes toxiques de saison que nous terminons l’année 2016.
Je vous souhaite une excellente fin d’année et des projets plein la tête pour 2017…
Si vous savez où trouver la ciboulette sauvage, allez donc en cueillir pour parfumer et décorer vos petits plats de fêtes… Elle a déjà fait son apparition !

mardi 6 décembre 2016

PAS BONNES A CROQUER : Plantes toxiques le FUSAIN d'Europe et l' IF commun

LE FUSAIN D'EUROPE

LES TOXIQUES 2.
Lors de vos promenades  de fin d’année, vous ne pouvez pas ignorer le fusain dont les branches sont chargées de jolis fruits rouge orangé…L’arbuste semble décoré pour noël…

LE FUSAIN D’EUROPE.  Euonymus europeaeus
Famille des Celastracées
Bois carré, bonnet d’évêque, bonnet de prêtre, bonnet de cardinal.
Description : arbrisseau de 2 à 6 m, à feuilles opposées, remarquable par ses fruits.
Tiges : à rameaux opposés, lisses, verts et à 4 angles lorsqu’ils sont jeunes, gris ou brunâtres et arrondis plus tard. Les angles des jeunes tiges ornés de 4 crêtes liégeuses longitudinales justifient un des noms vulgaires du fusain : le bois carré.
Feuilles : opposées, simples, ovales, lancéolées, glabres, couvertes de courts poils en dessous, à bord finement denté et ont tendance à retomber mollement sur leurs rameaux, à nervures principales arquées et convergeant au sommet ;
Fleurs : petites, blanc verdâtres, à 4 pétales lancéolés très étalés et 4 étamines dressées, généralement groupées en petites grappes partant de l’aisselle des feuilles. Odeur peu agréable.
Floraison d’avril à juin.
Fruits : capsules à 4 angles en « bonnet d’évêque », roses à maturité en septembre octobre, renfermant 4 graines entourées d’un appendice charnu orangé vif.
Racines : il arrive que le fusain croisse au bord de l’eau : ses racines immergées doivent assimiler l’air dissout dans l’eau et pour y parvenir, elles se couvrent d’un grand nombre de lenticelles. Le fusain apprécie les sols calcaires.
Principaux caractères d’identification :
Arbuste de 2 à 6 mètres à jeunes rameaux verts, opposés, à feuilles opposées, fruits roses et orangés.
Autres espèces du genre en Europe : 3 dont 2 en France, dans les montagnes de l’est et du midi et en Suisse : le fusain à larges feuilles (euonymus latifolius scop) qui ressemble au fusain d’Europe, mais ses jeunes rameaux sont cylindriques et ses feuilles plus larges. Il est aussi considéré comme toxique.
Confusions possibles : aucune.
Toxicité : toutes les parties du fusain sont toxiques mais ce sont surtout les graines qui sont dangereuses. Elles se montrent irritantes, émétiques et purgatives et peuvent provoquer des troubles digestifs, nerveux et cardiaques parfois mortels. Une trentaine de graines pourraient constituer une dose létale.
Composition : les fruits et les graines renferment des hétérosides cardio toxiques (évonocides) dont l’action est proche de celle des substances toxiques de la digitale, ainsi que des alcaloïdes dont la théobromine, présente dans les graines de cacao.
Propriétés médicinales : les graines de fusain pulvérisées étaient autrefois employées en usage externe comme insecticide et parasiticide, en particulier contre les poux. Cette poudre était efficace mais très irritante pour le cuir chevelu si bien qu’on lui préfère des produits moins agressifs.
Détails techniques : les rameaux carbonisés dans une boite bien close fournissent les baguettes de bois utilisées par les dessinateurs sous le nom de fusain. Il donne un charbon très fin et d’un noir parfait ; le fusain permet des dessins d’une grande finesse. 

Remarque : on cultive fréquemment dans les jardins pour en faire des haies, une espèce voisine à feuilles panachées : c’est le fusain du Japon : euonymus japonicus.
Le fusain du Japon a des feuilles bicolores.... Je le considère aussi comme toxique, donc, prudence ! 

Le fusain est assez répandu car les graines ne sont pas toxiques pour les oiseaux et ils dispersent les graines dans leurs déjections; ces graines subissent une variation thermique dans le corps de l'oiseau et germent très facilement. 
Ceci explique cela... soyons bons pour les animaux, ils vous le rendront largement et gratuitement !

------------------------------------------------------------------------------

Un autre arbre toxique facilement repérable en cette saison car il reste toujours vert :


L’IF COMMUN. Taxus baccata
                             Famille des taxacées

Description : arbre ou arbuste de 5 à 8 m, pouvant atteindre 20 m, à feuillage vert sombre sur lequel tranchent les arilles rouges ;
Tronc : dressé, couvert d’une écorce rougeâtre se détachant en plaques allongées.
Feuilles : en forme d’aiguilles, aplaties, terminées par une courte pointe, disposées de part et d’autre du rameau, molles, vert sombre et luisantes dessus, vert jaunâtres et mates en-dessous.
Fleurs : minuscules, dioïques, les mâles en chatons, les femelles isolées le long des rameaux ;
Floraison : de mars à mai.
Fruits : graines dures entourées d’un arille charnus et rouge à maturité, ouvert au sommet.
Principaux caractères d’identification : écorce, feuilles, arilles.

Culture : L’if est une essence d’origine montagnarde qui se rencontre très rarement à l’état spontané mais qui est abondamment utilisé pour l’ornementation des parcs et jardins en raison des tailles parfois fantaisistes qu’il peut supporter.
La croissance de l’if est extrêmement lente ; le tronc d’un individu vieux de plus de 2 siècles ne dépasse guère 20 cm de diamètre.
Il est planté comme haie ou arbre isolé ainsi que quelques espèces américaines et asiatiques.
Il affectionne les sols calcaires.
Autres espèces du genre : aucune en Europe.
Confusions possibles : avec le sapin (abies alba).
Sapin : bourgeons résineux, feuilles étalées sur 2 rangs opposés, aplaties, à bande blanche dessous ; ses fruits sont des cônes dressés.
If : les bourgeons sont non résineux, les feuilles aplaties, étalées sur 2 rangs opposés, d’un vert jaunâtre dessous, ses graines sont entourées d’un arille charnu rouge.
Toxicité : l’if engendre des troubles digestifs, nerveux, respiratoires et cardiovasculaires pouvant entraîner la mort. On l’employait autrefois pour empoisonner les pointes de flèches.
Composition : feuillage et graines contiennent plusieurs alcaloïdes, en particulier, de la taxine très toxique et un glucoside. Il suffit de quelques grammes de son feuillage pour faire périr un cheval, cet animal y étant particulièrement sensible. La taxine paralyse le système nerveux et ses effets narcotiques sont analogues à ceux de la morphine et tout aussi pernicieux. 
Utilisations alimentaires : l’arille rouge charnu entourant la graine est dénué de toute toxicité et peut se manger comme une friandise. Il est d’un goût agréable, sucré et très mucilagineux, on peut donc le consommer en petites quantités, à condition d’en rejeter soigneusement la graine qui est très dangereuse et violemment toxique.
Cliquez sur ce logo pour obtenir les conseils du 

Cet arbre peut atteindre des âges prodigieux et est en voie de disparition dans beaucoup de régions et est protégé.

La prochaine page du blog abordera encore une ou 2 plantes toxiques, faciles à repérer en cette saison…


Très bonnes fêtes patronales à tous et toutes et bonnes balades ! Attention, on chasse encore jusqu’à la fin du mois, prudence donc, respectez bien les avis affichés bien en vue à l’entrée des chemins et sentiers.