!

En quoi consiste la cuisine sauvage ?

Il s'agit de la cuisine des plantes sauvages comestibles.
L'image la plus parlante est celle de la soupe aux orties, mais au-delà de ce "classique", il existe des milliers d'autres recettes que nos (arrières) grand-mères nous ont laissées, à base de pissenlit, berce, camomille, coquelicot... Un patrimoine que nous avons tout intérêt à préserver, car pratiquer la "cuisine sauvage" c'est faire ses courses gratuitement, varier ses menus, manger sain, local et de saison sans effort.  C'est aussi améliorer sa santé, grâce aux vertus des plantes.

Quelles sont les précautions à prendre quand on glane dans la nature ?
Il faut bien évidemment veiller à ne pas confondre les plantes, effectuer une cueillette dans une zone non polluée et, bien sûr, ne pas piller la nature.
Quelques exemples de plantes apportant des bienfaits que l'on peut cuisiner ?
Une de mes plantes favorites est le plantain (Plantago major ou lanceolata).  Il est facile à reconnaître et très courant, nous en avons tous dans notre jardin.  
Cette plante merveilleuse ne fait pas qu'apaiser les piqûres et brûlures, elle se cuisine comme un légume et dégage un formidable goût de champignon, délicieux en quiche par exemple.

Lionel Raway, conseiller en environnement.